Sorcière ou Inquisiteur ? Péché ou Vertu ? Choisissez votre camp et rejoignez Post-Tenebras RPG.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

  Les rues De Valence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romaric
Grand Inquisiteur d'Aix
avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Age du Personnage: 22 ans
Race: Ange
Royaume: Saint Empire Germanique

MessageSujet: Les rues De Valence   Ven 9 Mar - 15:04

C'est par une belle belle fin de journée, éclairé par le saint soleil couchant, que se passe l'histoire qui va être comptée. Plus précisément dans le royaume Hispanique et les rues de Valence. Le monde voit arriver les différents ordres d'inquisiteurs se présentaient devant la sainte église, de nouvelles rencontres, de nouveaux objectifs, comme de nouvelles ententes et rivalité ont été forgé lors de ces imminents rendez-vous. L'un de ces ordres, la croix d'Ambre menait par Romaric, le Juste, décide de faire un détour par le royaume Hispanique, à l'initiative du grand inquisiteur et aux craintes du petit groupe d'inquisiteur qui l'ont suivit lors de cette quête. Mais leur respect et leur fidélité pour leur maître est grande et malgré leur désaccord, ils suivirent leur maître et père.

C'est dans la magnifique ville de Florence, que le petit cortège se frayait un chemin entre les passants curieux et fasciné. Au jugé de l'armure et du symbole, il était sure que ce n'était pas leur ordre d'inquisiteur de la Santa Maria. Mais même sans appartenir à leur royaume, il était toujours impressionnant et honoré d’accueillir ces ordres de Dieu. Pour le grand inquisiteur, cette venue était d'une grande importance, en effet, de puis son retour sur terre il avait perdu tous souvenir de sa vie passé de mortel, pour quelles raisons, rien ne pouvait encore le lui dire. Mais dans ce nouveau monde, il se devait d'en apprendre un maximum et de se lier à eux. Il se souvint avoir eu quelques mésententes et altercations avec le chef de cet ordre lors de leur première rencontre, mais étant tous deux des grands inquisiteurs, ils coopéreraient, du moins l'ange l'espérait.

Mais alors qu'il était au milieu du cortège protégé par ses propres inquisiteurs, il ne pouvait mener sa mission a bien, et sa découverte de ce royaume. Leur demander de le laisser seul en ce royaume, même allié, serait systématiquement refusé par les siens. Il craignait bien trop pour la vie de leur "maître", même avec la puissance confirmée de leur maître. Au final, il n'avait pas vraiment besoin de gardes rapprochées, mais s'était d'époque. Le cortège continué son avancé en direction du Manoir de l'ordre de la Santa Maria. Mais suivant les ordres de Romaric, le petit groupe s'arrêta à plusieurs reprises, afin que le grand inquisiteur discute avec les différents villageois, il se voulait au plus proche de l'homme, sa bonté rayonnant dans un halo blanc, plus prononcé par son armure en cuir blanche et sa bure éclatante par dessus, dont la capuche était parfois rabattu sur sa tête, rendant plus de mystère à sa personne. Tout dans son visage et ses mouvements n'était que grâce, gentillesse et bonté. Les gens pouvaient même douté qu'un être aussi calme et pure pouvait mener l'ordre de la Croix d'Ambre devenant de plus en plus connu dans le monde. Mais alors qu'ils étaient tout proche du Manoir et que ses inquisiteurs se détendirent quelque peu à la vue de la magnifique bâtisse, le grand inquisiteur profita de ce relâchement pour s'échapper dans un habile stratagème, qui ne sera pas compter pour en garder la surprise. Le grand inquisiteur était un observateur hors pair et il savait à quel moment agir, d'autant plus qu'il connaissait bien les membres qu'il accompagnait.

Enfin débarrassé de sa garde rapprochée, l'ange se balada de ruelles en ruelles rabattant la capuche de sa bure sur la tête, se rapprochant tel un innocent des mendiants et autres personnes de la ville. Les bénissant parfois, ou priant pour eux. Il utilisait même dans de rare occasion son pouvoir d'apaisement pour calmer les maux. Le soleil commençait doucement, mais surement à se coucher ayant fini sa course pour aujourd'hui. Un magnifique coucher de soleil se présentait à la ville tout entière, un miracle sans cesse renouveler du Tout-Puissant. Il lança une discrète prière à l'intention de son "père", le remerciant de pareil spectacle. Mais alors que tout était calme, un vacarme assourdissant se fit entendre non loin de là.

L'ange soupira un instant, toute les bonnes choses ont une fin comme on dit. Et ce Brouhaha provenait surement des membres de la Croix D'Ambre qui le recherchait depuis tout ce temps, terrorisé d'avoir perdu leur maître et imaginant surement le pire. Mais alors que le bruit s'intensifia, les sens aiguisé du grand inquisiteurs le prévint que ce n'était pas les siens. Il se rapprocha alors discrètement de l'origine du bruit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyana
Porté Disparu
avatar


Messages : 7
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Espagne sans doute.

Feuille de personnage
Age du Personnage: 18 ans.
Race: Ange
Royaume: Empire Hispanique

MessageSujet: Re: Les rues De Valence   Ven 9 Mar - 15:51

    " J'ai déjà terminé ma journée... "

    La journée avait été belle et la ville de Valence était restée calme, enfin, elle ne s'était pas agitée plus que d'habitude. Aussi, la plupart des Inquisiteurs n'avaient pas eu à quitter le Manoir de l'Ordre, dont la jeune Elyana. Rester enfermée à ne rien faire si ce n'est prier ou écouter les plaintes du peuple n'était pas pour la satisfaire. Elle commençait à être connue dans la Santa Maria, d'abord pour son caractère mordant, mais aussi pour son impatience hors mission. On avait beau savoir qu'elle était comme un lion en cage, on ne lui donnait pas forcément un dossier dès que possible, elle était comme les autres et se plier aux mêmes contraintes, point.

    Bref, la journée s'achevait. Il n'y avait rien eu d'excitant, aussi, avant de quitter ses locaux, la demoiselle pria Dieu de bien vouloir la laisser le servir plus activement le lendemain. Et elle avait dit le lendemain, pas dans la minute qui suit. Malheureusement, tout ne se passe pas forcément comme prévu. Première nouvelle, la Croix d'Ambre qui débarque sans prévenir. Rien qu'avec ça, la blanche commençait à fulminer. Deuxième nouvelle, ils ont perdu leur Grand Inquisiteur. Son collègue dû la retenir pour ne pas qu'elle aille incendier leurs homologues germains. Oui, il fallait avouer qu'elle n'avait pas sa langue dans sa poche, encore moins avec ceux qui commettent des erreurs. Mais quand même, pour ne pas remarquer la disparition de leur grand manitou, ils devaient être aveugles ! Jamais elle, elle n'aurait commis une telle faute avec son Grand Inquisiteur. Leur fonction est tellement élevée qu'ils font des cibles de choix pour les ennemis impurs. On ne devait en aucun cas les laisser vagabonder selon leur bon vouloir. D'accord, maître Ikaku était libre, mais elle savait qu'il ne se laisserait pas tuer comme ça, il défendait ses idées, il était fort. Alors que ce Grand Inquisiteur d'Aix, elle ne connaissait rien de lui. D'un autre côté, il fallait dire qu'elle ne s'y était pas intéressée. Seule la Santa Maria compte à ses yeux.

    Elyana faillit piquer une colère, mais se retint toute seule comme une grande. Elle ne pouvait pas désobéir à un ordre, même si celui-ci arrive après qu'elle ait terminée le boulot. Chercher le Grand Inqui'... Dans la ville bien sûr, comme si le Manoir n'était pas déjà assez grand, il fallait que ce coño se cache dans Valence. Sa botte shoota dans un petit caillou. Elle traînait les pieds. Comme si elle en avait quelque chose à faire de ce germain. Ah, la hiérarchie... Belle idiotie humaine que voilà. Mais bon, quand on est intégrée à ce système, il devient difficile de le contester, surtout ouvertement. On a beau être d'un naturel franc, cela n'empêche pas de savoir ce que l'on peut ou non dire.

    La jeune femme était donc là, à vadrouiller dans les ruelles parfois insalubres de Valence, au milieu des gens dits "normaux", de tous ceux qui n'ont pas été élu par Dieu, du peuple en somme. Un peuple sale, un peuple fatigué, un peuple à la dérive qui a besoin de lumière dans son obscurité. Elyana n'a cependant en aucun cas eu l'envie d'aider ce peuple, elle ne s'était d'ailleurs jamais dit qu'en éliminant les Sorcières, elle pourrait rendre service aux gueux et aux faibles. Ce qui comptait à ses yeux ? Réussir à nettoyer le monde, et rien d'autre.

    En attendant, elle devait retrouver ce gars. Elle ne savait même pas à quoi il ressemblait, alors autant chercher une aiguille dans une meule de foin. Non, elle ne s'annonçait pas vaincue. Cela faisait déjà une bonne heure que son homme s'était fait la belle, et dans Valence comme partout, il y a des gens qui ont l’œil. Suffit de les connaître, ce qui est le cas de notre ange pas très angélique. Elle continua encore tout droit, s'enfonçant dans le mauvais quartier de la ville et s'engagea dans une ruelle sombre. Là, un mendiant semblait assoupis. Elyana le secoua un peu en l'appelant par son prénom - Luìs - et le questionna en espagnol sur ce qu'il savait. D'abord peu bavard, sa langue se délia quand la jeune femme sortie de sa poche quelques pièces d'or. Selon ses sources, un homme en bure se baladait dans les rues en priant. Pas certaine qu'il lui disait l'entière vérité, la jeune femme le souleva sans ménagement à bout de bras et lui réclama d'autres informations. Vu qu'il lui jurait qu'il ne savait absolument rien de plus, elle le balança dans les détritus, provoquant un superbe vacarme. Elle s'en fichait pas mal, il venait de jurer, et donc de blasphémer, chose qu'elle ne tolérait pas. Elle rebroussa chemin, et en sortant de la ruelle, elle croisa justement une personne dont la bure dissimulait le visage.

    Ni une, ni deux, la blanche se planta devant cette personne sans mot et en croisant les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romaric
Grand Inquisiteur d'Aix
avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Age du Personnage: 22 ans
Race: Ange
Royaume: Saint Empire Germanique

MessageSujet: Re: Les rues De Valence   Sam 10 Mar - 2:04

Au détour, d'une des ruelles, l'origine du vacarme sauta aux yeux du Grand Inquisiteur. Un mendiant, quelque peu décharné et apeuré, gisait dans des détritus. Et au même moment un femme, sans aucune gêne se dirigea dans sa direction et se posta même devant lui croisant les bras. Mais alors que son visage restait encapuchonné et caché aux passant,. L'inquisitrice devant lui, car c'est ce qu'elle semblait être, ne pouvait voir une parcelle de son visage. Les ombres cernaient la moindre partie de sa peau.

Un silence religieux s'installa dans la rue, seul le bruit du pauvre homme se dégageant difficilement des ordures, montrait une quelconque signe de vie dans les parages. Mais un œil bienveillant restait posé sur lui. La nuit était donc tombé, le soleil laissant place à la lune perché entre les étoiles. Une magnifique lune entière, si grosse qu'elle en était impressionnante mais quelques nuages la recouvraient par moment. Alors que quelques minutes s'étaient écoulées, et qu'aucun signes ne s'affichaient sur les deux saints, l'ange releva légèrement la tête, juste assez pour que la femme qui se tenait devant lui aperçoive son sourire si pure et serein. Ce sourire empli d'une bonté "divine", oui telle était le terme. Mais aucun mot ne franchit ses lèvres si délicate et attirante. Non son sourire resta figé ainsi. Puis à la surprise d'un quelconque passant, la statut du Grand Inquisiteur se mit à bouger, non vers la jeune femme impatiente. Non au contraire, il passa sur son côté, l'ignorant presque. Même si son sourire lui était destiné du début. Il continua finalement son chemin sans prêter grande attention à l'inquisitrice, et il se dirigea vers le mendiant, qui peinait à revenir sur le sol dure de la rue.

Comme si la présence divine, elle même se pencha sur l'être misérable, la silhouette de l'ange, prit un halo lumineux et apaisant. Il épousseta la saleté accumulé sur le vieil homme, lui tendit la main, et d'une extrême délicatesse le sorti des décombres. Le halo lumineux semblait enveloppait le manant dans une douce étreinte réconfortante. La main de Romaric se posa sur le front du mendiant, et comme si celui-ci était touché par la main divine, il se crispa instantanément, mais aucune douleur ne se ressentait de lui. Non seule la paix, la tranquillité et la bonté étaient ressenti. L'ange lui psalmodiait une tirade dans une langue ancienne. Puis tout s'atténua comme si de rien ne s'était passé. L'homme prit la main de l'ange entre les siennes, les baisant de ses lèvres décharnées. Le remerciant milles fois de son geste. Criant au miracle. Il se précipita on ne sait où, heureux de cette rencontre.

Dans cette sombre ruelle ne se trouvait plus le grand inquisiteur en compagnie de la jeune femme, qui venait d'assister à la scène. Se rappelant immédiatement de sa présence, l'ange souleva sa capuche encore dos, à la jeune fille. Puis sa voix tinta aussi douce que du cristal, mais d'où une grande sagesse se ressentait.

-Excusez moi Madame. En rien je n'ai voulu vous manquer de respect!

Il se tourna finalement, découvrant finalement son visage aux traits si parfait et aux incroyable yeux. Le même sourire s'affichait sur son doux visage. De l'être sacré émanait sagesse, force et grand mystère. Il forçait tout de même le respect, et c'est dans ses rares moments, que les villageois le rencontrant ne doutaient plus de son statut de grand inquisiteur. Sa voix reprit, quelque peu déçu mais amusé à la fois, un mélange assez perturbant:

-Pfiouuuu! Il semblerait que les réjouissance soit finit pour ce soir. Il est temps donc de revenir auprès des miens. N'est-ce pas?

Il ne savait pas si la femme face à lui connaissait son identité, mais bon l'ange souhaitait être le plus sincère possible avec elle aussi. Et ceci, malgré la réputation que retiré son ordre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyana
Porté Disparu
avatar


Messages : 7
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Espagne sans doute.

Feuille de personnage
Age du Personnage: 18 ans.
Race: Ange
Royaume: Empire Hispanique

MessageSujet: Re: Les rues De Valence   Sam 10 Mar - 10:10

    Un lourd silence s'était installé entre eux, ce qui n'était pas pour déplaire à la jeune femme qui n'aspirait qu'au calme et à la tranquillité... Enfin, plutôt à la chaleur confortable d'un lit et aux bras langoureux d'un quidam. A cause de cette recherche, elle était très en retard pour son rendez-vous avec une petite bourgeoise de Valence qui voulait à nouveau "discuter" avec elle. Tant pis, elle trouverait un autre pigeon, ce n'était pas bien difficile pour elle. En attendant, il lui restait ce rigolo à gérer. Sans un mot, elle le regarda aider le mendiant, comme s'il était un homme comme les autres et qu'il méritait ce geste. Si ce pauvre ecclésiastique savait... Mais il ne pouvait pas être au courant. Ah oui, d'ailleurs il avait beau cacher son visage avec sa bure et les ombres qu'elle offrait, il n'avait pas pu dissimuler la bonté qui émanait de son corps... Tant de gentillesse, Elyana en aurait presque envie de vomir tant c'était insupportable. Lorialet ou Ange ? En tout cas, le Grand Inquisiteur était loin d'être discret avec ses bonnes actions.

    Néanmoins, elle n'oubliait pas comment ce monsieur l'avait ignorée pour aller s'occuper du mendiant. Ce dernier n'était pas grand chose, juste un parasite de plus dans la ville. Certes, elle se montrait très dure et très froide vis-à-vis de ces gueux, mais elle ne savait pas faire autrement. Et puis, ce n'est pas comme si elle ne méprisait qu'eux, toute la race humaine était indécente à ses yeux. Après tout, n'étaient-ils pas les descendants des premiers pêcheurs qui ont osé croqué le fruit divin ? Ce qui leur arrivait à présent était pleinement mérité. Son rôle à elle n'était pas de les protéger mais de purger la planète, et rien d'autre.

    Le mendiant s'enfuit au loin, sa jambe semblant oublier pendant un moment qu'elle était boiteuse et son pied bot. Cette vision n'arracha à la jeune femme qu'un léger - mais très léger - sourire ironique. Elle passa doucement une main dans sa chevelure pour la remettre en place. Celle-ci, sous le bel astre lunaire, prenait quelques reflets argentés, mais rien de bien extraordinaire. Ils avaient depuis longtemps perdu leur éclat naturel, sûrement durant sa vie humaine... Brr ! La femme frissonna rien qu'en y repensant. Dire qu'elle avait été aussi faiblarde fut une époque... Mais maintenant, elle valait mieux, elle était un soldat de Dieu. Tout comme ce gars encapuchonné. Plus pour longtemps car il était en train de l'ôter. Il lui fit alors face en lui adressant la parole. Une quelconque femme aurait pu être surprise par les traits angéliques de l'homme, par son regard vif et sa chevelure à la couleur indéfinissable mais éclatante. Mais Elyana était loin d'être une quelconque femme. Son visage conserva toute sa sévérité, signe qu'elle était toujours en train de travailler, et c'est à peine si elle haussa les sourcils.

    Enfin, elle lui devait le respect, elle n'avait pas le choix. Il fallait éviter un quelconque conflit inutile entre les Ordres. Déjà que la Santa Maria n'était pas très bien vue, il n'était pas question de salir encore plus sa réputation. L'ange décroisa les bras et inclina le buste en une révérence très formelle et automatique.

    " Sauf votre respect Sir, ma mission était de vous retrouver, et non de vous ramener. Je ne vous oblige donc à rien. "

    Et pam ! Elle n'avait en rien désobéit aux ordres, car ses dires étaient exacts. Aussi, maintenant qu'elle l'avait là, devant les yeux, elle avait terminé sa journée. ... D'accord, elle ne pouvait décemment pas le laisser tout seul dans les rues de Valence, surtout une fois la nuit tombée. Il y avait pas mal de voyous qui se fichent de savoir si vous êtes le Pape ou le pauvre paysan du coin. Dans ce quartier assez chaud, n'importe qui devient une proie dans le noir.

    " Mais si vous le voulez, je peux vous ramener jusqu'au Manoir de la Santa Maria, à moins que vous ayez autre chose de prévu. "


    Elle espérait cependant qu'il ne tarde pas trop, car elle avait encore la possibilité de rejoindre sa bourgeoise et de lui prétexter des heures supplémentaires, ce qui était la vérité en plus. Mais bon, connaissant cette bonne femme, elle l'avait sûrement déjà remplacée avec un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romaric
Grand Inquisiteur d'Aix
avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Age du Personnage: 22 ans
Race: Ange
Royaume: Saint Empire Germanique

MessageSujet: Re: Les rues De Valence   Dim 11 Mar - 10:38

Alors qu'il était revenu à ces côté, l'Ange aperçut les traits de dégouts et surtout d'arrogance sur le visage de la jeune femme. Il souffla discrètement. Tous les inquisiteur de cet ordre était-il les même? Cela l'exaspérait autant que l'attristait, il la regarda tel un grand père réprimandait ses petits enfants. Non pas son statut, mais plus par sa franchise, il ne put retenir, dans un sourire chaleureux ces quelques paroles mystérieuses:

- Es un peu plus de considération pour eux, mon enfant! Car l'homme et tout être vivant est l'enfant de notre père qui est aux cieux. Notre père aime tous ces enfants de la même façon. Et sache que même le plus simple des hommes est capable de grand prodige et de miracle, avec sa foi en Dieu... Nous sommes tous des soldats de Dieu, mais par dessus tout son Amour!

Il se garda d'en dire plus, alors même qu'il pouvait en déclarer tellement. Mais il n'était pas ici pour réprimander des inquisiteurs, choses qu'il ne faisait jamais de mémoire d'homme, du moins pour le moment l'avenir nous le dira. De plus, S'était au Maître de la Santa Maria d'éduquer ses "proches". Car oui, dans l'esprit du grand Inquisiteur de la Croix d'Ambre, tous les inquisiteurs sous son ordre, étaient des proches, telle une grande famille des frères et des sœurs. Lui était le pilier de cette maison, le père de toute cette grande famille. Là était leur force, comme lui avait appris tant de fois son propre "Père" , le Tout-Puissant.

Mais la jeune fille semblait aussi sévère et tendu que le granit, en totale contraste avec le visage détendu et plein de sagesse de Romaric, qui gardait son sourire innocent sur le visage. Aussitôt celle-ci, lui fit une révérence répondant ainsi à sa question précédente, oui elle connaissait son identité. Un sourire quelque peu moqueur et enfantin se dessina sur son visage, non destiné à l'inquisitrice, mais plus pour lui même.

~mphhhhhhhh, tant pis je ne passerais pas si facilement inaperçu!~

Il écouta ce qu'elle avait à dire avant d'ajouter une réponse, et finalement sa voix douce et envoutante repris place en cette ruelle si sombre.

- Ma chère, vous n'avez pas besoin de vous inclinez, nous sommes chacun au même niveau. Nous sommes tous égaux!

S'approchant avec agilité, comme si ses pieds ne touchaient qu'à peine le sol dans une curieuse façon de planer, il releva son interlocutrice pour la redresser fièrement. Cette femme semblait particulière est peut être bien trop sérieuse, pour la situation. Mais la sévérité de son ordre l'obligeait peut être à être ainsi. Secrètement Romaric n'appréciait pas trop le grand Inquisiteur de ce groupuscule, et pourtant il en fallait pour ne pas être apprécier de l'ange d'une sagesse infaillible. Mais cela est une autre histoire compter en un autre jour.

Reprenant le silence, un instant, il sonda de son regard la jeune femme, qui semblait finalement du même âge que lui à quelques années prêt. Son sens de l'observation opéra à merveille, et alors là où une personne n'apercevrait rien, le Grand Inquisiteur cerner la personne qui lui faisait face rapidement. L'inquisiteur souri à pleine dent alors, ses yeux à semi fermé, ou semi ouvert comme vous l'entendez. D'un sourire mêlant des idées contradictoire, comme l’innocence et l'esprit taquin.

-Je ne voudrais pas faire attendre plus, la personne que vous espérez revoir ce soir ma chère. Je vous suis de ce pas alors.

Partant en tête la première, comme s'il connaissait le chemin, il intima l'inquisitrice de lui indiquait le chemin, alors que lui même était devant. Avec ce comportement déstabilisant, il fredonna une chanson d'où les notes furent portées dans la magnifique nuit étoilé au dessus d'eux. Puis il s'arrêta un instant se retournant, tout sourire:

-Vous me ferez la conversation, sur le chemin, si vous le voulez bien!

Ses yeux jusqu'alors pure et apaisé, eut l'espace d'un instant, voir une micro-seconde,un sérieux et une puissance exaltante. Ces dernières paroles n'étaient pas vraiment une demande, mais plutôt une certitude. Il ne lui donnait pas d'ordre mais l'intimer prestement. Cela pouvait paraitre si étrange pour qui avait su regarder et voir. Mais le grand inquisiteur n'avait pas perdu en tête, le but de sa venue ici, en effet il voulait en apprendre le plus possible sur le monde qu'il avait accueilli en cette période noire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyana
Porté Disparu
avatar


Messages : 7
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Espagne sans doute.

Feuille de personnage
Age du Personnage: 18 ans.
Race: Ange
Royaume: Empire Hispanique

MessageSujet: Re: Les rues De Valence   Ven 16 Mar - 10:12

    Un désagréable sentiment la rendit mal à l'aise vis à vis du Grand Inquisiteur d'Aix. Elle n'avait guère apprécié le fait qu'il la redresse, et elle aurait bien aimé lui dire que non, ils étaient loin d'être égaux. Vu son allure et son visage doux, il ne semblait pas du tout avoir vécu un quelconque traumatisme. Enfin, ce n'était pas elle qui allait se plaindre de sa vie. Quelle vie d'ailleurs ? Tout cela avait-il encore un sens ? Tant qu'elle servait le Seigneur, elle aurait encore une raison de se battre. Et elle était en droit de mépriser ces humains répugnants, tous ceux qui ne donnaient pas leur vie à l'Être suprême. Elle n'avait connu qu'un seul être humain qui s'était dignement voué au Seigneur, l'exception qui confirme la règle en quelque sorte. C'était ainsi qu'elle voyait le monde et les gens, rien n'y changerait.

    Néanmoins, il fallait avouer que d'une certaine manière, le germain savait bien parler. Pas assez pour briser les convictions de la demoiselle, mais sûrement était-il capable de convertir quelques athées ou païens méprisables. Toutefois, il demeurait loin des idéaux radicaux de la Santa Maria, et Elyana le considérait comme faiblard à cause de cela. Les miracles sont rares, Dieu n'a pas à intervenir dans nos conflits puisqu'ils étaient là pour Le représenter.

    Lorsqu'il lui dit qu'il ne voulait pas la faire attendre ni rater la personne qu'elle voulait voir, la blanche tressaillit. Lisait-il dans ses pensées ? Non, il aurait sans doute était outré d'entendre ce qu'elle aurait aimé faire à cette petite bourgeoise... Mais qu'importe, il était bien trop tard maintenant. Tout ce qu'elle pouvait espérer désormais c'était de trouver une taverne où boire et discuter toute la nuit. Elle resta un instant figée, le regardant s'éloigner dans la rue, avant de lui emboîter docilement le pas.

    Un soupir contrit faillit lui échapper alors que le Grand Inquisiteur lui demandait, ou plutôt lui ordonnait de manière sous-entendue, de lui faire la conversation. De quoi pourrait-elle parler ? En général, ce n'était pas elle qui prenait la parole la première, et les sujets abordés étaient plutôt rasoirs et populaires, rien d'assez soutenu quoi. Elyana se tortura les méninges une bonne minute avant de trouver un sujet bateau :

    " - Puis-je vous demander la raison de votre venue ? "

    C'était simple, peut-être même un peu trop, mais elle n'y pouvait rien, aucune autre idée ne lui venait à l'esprit. Aussi loin que ça mémoire remontait, il n'y avait qu'une seule personne avec qui elle avait aimé parler, de tout et surtout de rien. Angelo avait toujours su l'écouter avec attention, et leur relation n'avait jamais été prise de tête. Peut-être qu'ils se seraient disputés, peut-être qu'ils se seraient boudés, peut-être même qu'ils en seraient venus aux mains, mais leur "nous" avait été trop éphémère pour aller jusque là. Le visage de la jeune femme se tendit et sa mâchoire se comprima brusquement. Ses poings se serrèrent jusqu'à ce que les jointures de ses doigts devinrent blanches. Mais seulement pendant un bref instant. Elle s'était permis ce petit relâchement uniquement parce qu'elle marchait en retrait par rapport au Grand Inquisiteur d'Aix, et c'était d'ailleurs mieux ainsi. Elle n'avait pas à être à ses côtés, d'abord parce qu'il était un supérieur, mais surtout parce qu'ils n'appartenaient pas au même Ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romaric
Grand Inquisiteur d'Aix
avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Age du Personnage: 22 ans
Race: Ange
Royaume: Saint Empire Germanique

MessageSujet: Re: Les rues De Valence   Mer 21 Mar - 13:18

L'aura impressionnant du grand inquisiteur enveloppait chaque élément de cette ruelle déserte, une sensation d'apaisement n'émanait que de lui. C'est tout en continuant son chemin, en compagnie de sa "baby-sitter", que ses yeux se posèrent sur chacun des éléments, et son sens de l'observation aiguisé à l'affut, bien plus que de coutume.

A tel point, que le soupir de la jeune inquisitrice ne passa pas inaperçu aux oreilles de l'ange. Était-elle toujours ainsi? Si désinvolte et irrespectueuse de la vie en elle même. Et pourquoi sa rancœur envers les enfants de Dieu était-il si puissant? Sa curiosité pointait de plus en plus sur cet nouvel ère, cette époque où il aurait un rôle à jouer. Mais la voix féminine l'interrompit un temps dans ses pensée, sous forme de questions des plus simples. Mais cette question incombait tellement de con séquence, et alors qu'une fraction de secondes s'écoula pour le commun des mortels, le temps sembla s'arrêter dans l'esprit de l'ange. Encore une fois, la notion de temps n'avait pas de poids pour le grand inquisiteur.

Pouvait-il parler ouvertement à cette jeune femme, différent de son ordre et voir opposé même à ses idéaux. Que faisait il, ici? Pourquoi était-il venu? Tellement de réponses à cette question. Dans le même moment où sa réponse parvint, Romaric s'était tourné pour faire face à son interlocutrice. Un sourire radieux aux lèvres, si bienveillant et quelque peu nostalgique:

-Pourquoi, suis-je venu? Ma venue sur cette terre n'est que récente et à l'aube de cette sombre époque, il vaut mieux en apprendre le plus possible sur notre territoire d’accueil. Tout autant que nos alliés que sont les différents ordres. Il semblerait que nous soyons susceptible de collaborer durant les années à venir et ceux malgré nos désaccord. Et puis j'avais envie de me balader et de visiter, il faut prendre un peu de bon temps parfois, non?

Son comportement et son sourire pouvait être déstabilisant, car sa voix finissait sur un ton badin et peu sérieux. IL ne semblait pas des plus inquiet et sérieux de tout ceci. De plus, il avait révélé des informations, comme la nature de son identité en tant qu'ange, et son opposition aux idéologies de son ordre. Mais son sourire était inébranlable. Alors même qu'il aperçut la femme se crisper. Seul changement à cette vision, l'ange sembla reprendre un sérieux, rare et une sagesse infinie, forçant le respect. En cet instant fugace, on pouvait comprendre les raisons de son rôle et le respect sans faille des siens. Romaric cachait bien son jeu pour qui savait regarder et surtout pour qui le connaissait vraiment bien. Tel un labyrinthe, peu arrivait à la cerner complétement.

Il laissa le temps à l'inquisitrice de répondre à sa question rhétorique si elle le souhaitait tout en gardant son sourire innocent. Toutefois, il se rapprocha de la jeune femme, afin de ne montrer aucunement une différence de leur statut. Romaric avait bien compris que s'il ne prenait pas l'initiative, elle resterait en retrait ainsi. Se rapprochant d'elle un peu plus, il lui chuchota à l'oreille,tel un enfant:

-Si vous affichez mon statut en vous comportant ainsi. Je serais donc une cible de prédilection. Alors que si nous marchons côte à côte... Et puis, j'ai bien assez de gardes dans mon ordre. Ne vous comportez pas ainsi avec moi, profitez un peu!


Il se retira, et hésitant posa sa main sur l'épaule de l'inquisitrice, lui envoyant un vague d'apaisement. Il continuer à étirer ses lèvre dans un sourire si serein que ça en devenait surprenant. Et pour la première fois, ses yeux prirent une étrange lueur, tel les hommes se préparant à un futur combat. Et même si son sourire, moins affiché, était toujours présent, aucun doute n'était permis quand à son sérieux. Il fixait la jeune femme, comme s'il lisait dans son âme, ce passage fut court pour le sablier du temps, mais intense. Son aura qu'il couvrait en tout temps, se libéra une infime partie. Mais ce simple écart, permis de se rendre compte de toute la réelle puissance du grand inquisiteur. Comme si l'aura se personnifié, elle pouvait plaquer au sol un simple homme, sans que celui-ci comprenne. Sous cet effet, ressortait d'autant plus le Charisme de l'ange. Et alors qu'il ne semblait y avoir que eux deux dans cette rue, une voix indescriptible tonna:

-Ma chère, puis-je savoir pourquoi vous portez un tel dégout pour les Hommes? Et pourquoi votre ordre semble si peu enclin à la paix, et voue une telle Haine pour les Sorcières?

Le derniers mot avait été prononcé avec plus de sérieux qu'il n'en fallait. Ainsi Romaric montrait un tout autre visage, mais alors que l'atmosphère semblait strict, L'ange se remit à sourire de plus belle, les yeux pétillant de joie et de bon humeur. Comme si tout était qu'illusions et mirages de l'esprit. Le grand inquisiteur, pressa le pas, en poussant la femme pour marcher à ses côtés, tout en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les rues De Valence   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les rues De Valence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Post-Tenebras RPG ::  ♦ Royaumes Pro-Inquisiteurs ♦ :: • Empire Hispanique •
 :: Valence
-